XIIIE – XVIIIE SIÈCLE

Ruines val des Choues

 

L’ordre donne naissance à d’autres monastères et fondations qui adoptent la même règle et s’agrègent à la maison mère dite Chef d’Ordre. On en compte jusqu’à une trentaine : dans le diocèse de Langres pour la plupart, mais aussi les diocèses d’Auxerre, d’Autun et plus éloignés, des fondations en Espagne, au Portugal et en Ecosse.

Après une période d’expansion modeste, l’ordre et le prieuré végètent et connaissent des crises, subissant les contrecoups de la guerre de Cent ans. Le XVIIe siècle voit la réduction du nombre de moines, il n’en reste pas 10 en 1750. Afin de prolonger la vie de la Fondation, on envisage de la rattacher au modèle qui lui est le plus proche : l’ordre cistercien. À la suite de tractations en 1760 et 1761, le prieuré du Val des Choues est rattaché à l’abbaye du Val Saint-Lieu de Sept-Fons, dans l’Allier. C’est alors l’extinction de l’ordre et de toutes les fondations qui deviennent des maisons cisterciennes. C’est cette fusion qui donne le titre d’abbaye au prieuré chartreux du Val des Choues.